[Toujours d’actualité…] Un petit air d’été…ou la redécouverte du feu!

[the_ad id='64272']

A présent que la période est propice. Il ne faut pas rater l’ultime étape qui permettra d’accéder au festin…

Avec maîtrise et gourmandise, C&V.

8 commentaires

  1. Voici notre réponse plus fournie…
    Nous comprenons ta position et, ton inquiétude.
    Néanmoins, à notre avis l’impact du barbecue sur la santé reste limitée. A condition de ne pas en user tous les jours et de respecter certains points comme le choix d’un bon charbon, de ne pas utiliser de sous produits du pétrole ou résineux pour activer l’allumage et, des bois traités comme les sarments de vignes (comme on sait la vigne utilise beaucoup de pesticides…).
    Il y a par contre un réel risque de brûlures ou d’incendie, si on ne prend pas garde à son utilisation.
    Il faut peut-être davantage s’attarder à ce que l’on cuisine. Ne pas consommer de viande ou encore de charcuterie en excès. Eviter les produits transformés.
    Nous utilisons un barbecue Weber® pour ne pas citer la marque 😉 ! avec une cuisson couverte. Les flammes sont absentes lors de la cuisson et, les braises au moins distantes de 10 cm comme il est préconisé.
    Par ailleurs, nous avons aussi fouillé sur internet et, retenu : « Certains modes de cuisson mettant en jeu des températures supérieures à 200°C ou exposant directement les aliments aux flammes (fritures, grillades, barbecue…) peuvent entraîner la formation de substances potentiellement cancérigènes, mais les données scientifiques disponibles sont limitées pour conclure à une relation avec le risque de cancers. Il est ainsi plus prudent de ne pas consommer fréquemment ou en grande quantité des aliments brulés/calcinés. Toutefois, dans des conditions correctes d’utilisation, ces modes de cuisson n’ont pas d’impact sur le risque de cancers. Par ailleurs, aucun lien entre consommation d’aliments préparés au four à micro-ondes et risque de cancer n’a été identifié. En revanche, le réchauffage en four à micro-ondes ou en cuit-vapeur d’aliments placés dans des contenants alimentaires en plastique susceptibles de contenir du bisphénol A (BPA) est déconseillé, afin de réduire l’exposition de la population à cette substance, notamment les nourrissons, les jeunes enfants et les femmes enceintes ou allaitantes. En effet, l’exposition au BPA in utero pourrait favoriser, ultérieurement; des cancers chez les enfants. » [source http://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Reduire-les-risques-de-cancer/Prevention-les-reponses-a-vos-questions%5D.

    En résumé, le plaisir n’est pas forcément l’ennemi de la raison. On a toujours raison de se faire plaisir.
    Sans rire, promis nous serons vigilant. Merci d’avoir soulevé le sujet…

  2. Non simplement nous voulons te fournir une réponse plus fournie que oui ou non. A suivre donc

  3. adelgarance dit :

    You replied to this comment.

  4. adelgarance dit :

    Aaah ! le barbecue…très bon pour la santé…«Toute matière marquée par les flammes est potentiellement cancérigène», explique le professeur David Khayat, chef du service d’oncologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Les coupables: les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et les acides aminés hétérocycliques (HCA). Derrière ces noms compliqués, deux molécules qui se forment à de très hautes températures, notamment suite au contact direct des aliments avec les flammes. Ces composés toxiques sont cancérigènes en cas d’ingestion ou d’inhalation. Et vive l’été et ces barbecues !

  5. chariesque dit :

    Oh, la nuit avec le feu qui crépite… Une merveille 🙂 Bonne soirée !

  6. C’est toujours un moment de magie! Et, quand la nuit s’en mêle, c’est encore plus joli…
    Bonne soirée 😉 !

  7. chariesque dit :

    Aaaah, le plaisir du feu 😀 J’aime le barbecue surtout pour le plaisir de devoir faire partir un feu ! J’ai du mal à laisser les flammes s’éteindre pour mettre les saucisses dessus….

Les commentaires sont fermés.