Pralines et bla-bla en tarte.

[the_ad id='64272']

Lui. La tête presque rentrée entre les épaules.

Elle. Amoureusement lovée contre lui.

Seul un paquet se détache de cette masse qui avance à l’unisson, dans la nuit, évitant les flaques, les pièges de la rue. Ce ne sont pas non plus les quelques gouttes de pluie qui les feront se détourner de leur chemin.

Déjà, ils pensent au thé qu’ils vont choisir pour accompagner la prise du jour: une délicieuse tarte à la praline.

Le seuil à peine franchi, sans même se concerter, l’un s’active à la préparation du thé.
Alors que l’eau crépite, il jongle avec les boites de thé cherchant le merveilleux accord. Son choix fait, il plonge dans la boite pour sentir entre ses doigts, sans trop le serrer, le mélange parfumé. L’eau frémit dans la bouilloire avant de rejoindre la théière.
L’autre n’est pas en reste. La tarte a pris sa place sur la table; les bougies scintillent. Le décor est planté. Ensemble, ils peuvent alors commencer la dégustation.
Petit délire de quelques lignes.
Le désir n’est-il pas aussi important que le plaisir? Ces préliminaires à la gourmandise, que sont dressage et émerveillement, excitent nos pupilles, nous donnent l’eau à la bouche, avant l’ultime plaisir…en bouche.
P1110076P1110077P1110082
Avec gourmandise, C&V.

7 commentaires

  1. Affreusement culpabilisant…;-) !

  2. Carole dit :

    C’est joliment raconté 😉
    Bises.

Les commentaires sont fermés.